Joseph LE BRIX

Joseph LE BRIX(1899-1931)

Joseph–Marie LE BRIX est né à Baden (Morbihan) le 22 février 1899. Officier de marine puis aviateur, il effectua avec Dieudonné COSTES (1892-1973), un tour du monde aérien entre le 10 octobre 1927 et le 14 avril 1928, au cours duquel ils réussirent la première traversée de l’ Atlantique Sud, sans escale, entre Saint Louis du Sénégal et Natal (Brésil) sur un Bréguet BR 19 baptisé « Nungesser et Coli » en hommage aux aviateurs alors récemment disparus.

Joseph LE BRIX battit 9 records du monde de distance et de durée au cours de l’année 1931. Le 12 septembre 1931, il trouva la mort dans l’Oural au cours d’un raid Paris -Tokyo. Cité à l’ordre de la Nation, il est devenu un héros national. Il repose au cimetière de Baden.

A l’ère des « autobus du ciel », il nous est difficile de nous rendre compte de la valeur des exploits de ces défricheurs de la voie des airs, qui étaient de véritables héros en cette époque pas si lointaine.

La rue LE BRIX, parallèle au boulevard Cléménceau, relie la rue Louis et René Moine à la rue Le Guen de Kérangal. C’est une décision du Conseil Municipal du 11 décembre 1931 (peu de temps après la disparition de l’aviateur) qui donna son nom à cette rue nouvelle.

Caporal Pierre LEFEUVRE

Caporal Pierre LEFEUVREPierre Lefeuvre est né à Bédée le 21 février 1891 où ses parents étaient fermiers. Il y restera jusqu’à son incorporation dans l’armée. A la mobilisation générale,il partit avec son régiment, le 70° d’infanterie, parmi les premiers sur le front. Pierre Lefeuvre était un excellent tireur et chasseur. Nommé caporal en 1914, il reçut l’ordre, le 22 août 1914, de garder Tamines en Belgique qui lors de l’avancée allemande eut un sort un peu semblable à celui d’Oradour sur Glane en France en 1944. En effet, les troupes françaises aidées par la population belge avaient réalisé une défense si forte (à 10 contre 100) causant beaucoup de pertes humaines aux envahisseurs, que ceux-ci, entrant malgré tout dans la ville, se vengèrent affreusement.

Le caporal Lefeuvre avait reçu l’ordre de garder ce jour là un carrefour névralgique avec ses hommes… Il sut les placer au mieux pour la défense, étant lui-même à l’endroit le plus exposé. Ils tinrent tête à la compagnie de soldats allemands qui tentait d’avancer. Avant de trouver la mort, il allait tuer cinquante-trois ennemis et faire un nombre considérable de blessés.

Lorsque plus tard Belges et Français retrouvèrent le corps du caporal Lefeuvre, celui-ci avait 243 douilles vides à ses cotés.

Un monument, élevé à sa mémoire, par les "Amitiés Françaises" de Tamines, a été inauguré le 29 juillet 1923. Reconstruit en août 1974 à l'initiative de la commune de Tamines à quelques mètres de l'emplacement initial. Ce monument qui a été, en partie, reconstruit avec les matériaux du précédent, porte l'inscription "C'est ici que le soldat Pierre Lefeuvre, du 70ème régiment d'infanterie, s'est héroïquement sacrifié. Hommage de reconnaissance et d'admiration aux glorieux soldats français tombés en août 1914".

Un autre monument a été érigé en 1934, à Bédée, ville natale du Caporal Pierre Lefeuvre, mort en décimant les troupes envahissant la Belgique.

La rue Pierre Lefeuvre a été dénommée le 27 octobre 1938. Cette rue transversale du nord au sud permet de partir de la rue Victor Rault à la hauteur de l’Ecole privée de Ste Bernadette pour joindre le boulevard Albert 1er à la hauteur du parking de la piscine.

Jean Terrien

(1766-1855)

Allée Jean Terrien

Jean Terrien « Cœur de Lion » un chouan.

Jean Terrien est né en 1766 de parents métayers d’un bourgeois député révolutionnaire puis ministre de Napoléon, Jacques Defermon des Chapelières. Ayant dû quitter le séminaire en 1790 pour cause de fermeture par les autorités révolutionnaires, Jean Terrien forma avec quelques amis dont Jean Pacory « Cœur de roi », un groupe assez important menant une guérilla efficace contre les troupes de la république dans la région entre Ancenis et Chateaubriant. Jusqu’en 1800, Jean Terrien sera chef des insurgés du district de Chateaubriant. Il devint ensuite marchand de bois à Nantes.

En 1815, il prit le commandement des jeunes gens de la région de Chateaubriant qui refusaient de servir dans la nouvelle armée de Napoléon.

Anobli en 1820 « Ecuyer du roi », il devint percepteur à Riaillé.

On retrouve Jean Terrien au côté des Chouans en rébellion contre Louis-Philippe en 1830. Ce mouvement échoua et Jean Terrien dut rester dans la clandestinité jusqu’en 1834.

Il reprit son commerce de bois à Nantes où il mourut en 1855 à 89 ans.

L’Allée Jean Terrien a été dénommée le 23 janvier 1989. C’est une petite rue qui part de la rue Leguen de Kérangal à gauche après la rue d’Aiguillon dans le sens Bd Clémenceau vers Bd Albert 1er.

André GALLAIS

(1905-1952)

André GALLAIS est né le 15 mai 1905 à Saint Grégoire. Il fait son service dans la marine nationale. Son retour à la vie civile ne lui enlève pas le goût de la mer et il fait carrière dans la marine marchande. Vient la guerre de 39/45, il s’engage alors dans les Forces Françaises Navales.

Ses campagnes l’emmènent en Afrique et au Liban.

Traduit en justice par le tribunal du gouvernement PETAIN, il est condamné par contumace.

Après la guerre, il retourne au Gabon où il avait une petite entreprise. Une rue de Port Gentil au Gabon porte son nom.

André GALLAIS a été nommé Chevalier de la Légion d’honneur.

Il trouva la mort dans un accident d’avion alors qu’il rejoignait sa famille au Liban, le 11 novembre 1952.

Le conseil municipal du 13 avril 1953 décide de donner son nom à la rue qui va du boulevard Albert 1er (face à la rue de Belgique) pour arriver dans la rue Prosper Proux.

Aimé CESAIRE

Aimé CESAIRE(1913-2008)

Poète et Homme politique français (1913 -2008)

Aimé Césaire est né le 26 Juin 1913, à Basse-Pointe en Martinique, dans une famille de sept enfants, d'un père fonctionnaire, contrôleur des contributions et d'une mère couturière. Avec à la base de bonnes prédispositions familiales, son grand-père étant le premier enseignant noir en Martinique et, fait rare pour l'époque, sa grand-mère savait lire et écrire, elle va d'ailleurs l'enseigner à ses petits-enfants. Brillant élève, après avoir commencé ses études en Martinique, il vient à Paris, au Lycée Louis Le Grand poursuivre ses études secondaires, en tant que boursier du gouvernement français. Dès le premier jour il y rencontre quelqu'un avec qui il va lier une amitié durable que seule la mort séparera :Léopold Sédar Senghor, le futur homme politique Sénégalais, écrivain et premier Africain siégeant à l'Académie Française. Avec d'autres camarades, africains et guyanais, Aimé Césaire prend alors conscience de l'oppression culturelle du système colonial français, Aimé déclare : « Je suis de la race de ceux qu'on opprime ». Avec ses amis, il fonde alors un courant littéraire et politique rassemblant des écrivains noirs francophones. Dans leur journal intitulé « L’Etudiant Noir » apparaît, pour la première fois, le concept de « négritude ». En 1935, il est admis à Ecole Normale Supérieure. En 1936, il commence la rédaction de son chef d'?uvre, le « Cahier d'un Retour au Pays Natal ».

Agrégé de Lettres, il rentre en Martinique en 1939 et enseigne, avec son épouse Suzanne Roussi, au Lycée Schoelcher, où il étudia lui-même. Aimé Césaire écrit de nombreux poèmes, classés dans le surréalisme. Il publie plus de quatorze oeuvres, recueils de poésies, pièces de théâtre et essais, souvent traduits en plusieurs langues. Député de la Martinique à l'Assemblée Nationale, pendant 48 ans, il est le rapporteur de la loi qui va transformer les anciennes colonies en départements français. Il aura été maire de Fort-de-France pendant 56 ans.

Aimé Césaire décède à Fort-de-France en Martinique, le 17 Avril 2008, à l'âge de 94 ans. De nombreux hommages du monde entier ont salué l'homme et des funérailles nationales furent organisées en Martinique.

D’après une notice biographique de Joël David Ville de Rennes.

Copyright © 2019 L'Echo des Champs - Tous droits réservés
Réalisation: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.